Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.

31èmes Assises nationales de l’aide aux victimes (2)

Violences au travail : table ronde avec Jacques Salzer et Gabrielle Planès

À l’occasion des 31èmes Assises nationales de l’aide aux victimes s’est tenu à Valence dans la Drôme les 22 et 23 juin 2017 un colloque portant sur la problématique des violences au travail.

Dans le cadre du partenariat signé entre l’ANM et France Victimes/INAVEM, l’équipe locale de l’ANM, accompagnée de Janie BUGNION, responsable du partenariat, a participé en collaboration avec tous les acteurs locaux concernés à l’organisation de ce colloque, qui a eu lieu sous l’égide de REMAID (association d’aide aux victimes Drôme/Ardèche) et avec le soutien de la municipalité de Chatuzange le Goubet et Valence Romans Agglo.

La violence au travail représente une réelle problématique de société et concerne l’ensemble des secteurs d’activité, ainsi que les différentes catégories d’emploi. Malgré toutes les mesures de prévention et les actions mises en place par les différentes institutions, des études réalisées par l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) montrent que la violence au travail reste importante.

La première journée a abordé la question sous ses aspects philosophique, sociologique et organisationnel.

La seconde journée a traité la question sous son aspect opérationnel : les acteurs et les outils.

La table ronde n°1 de cette seconde journée a permis aux acteurs, tels que psychologues du travail, médecins du travail, intervenants de la CARSAT, de l’ARACT et de la DIRECCTE, de s’exprimer sur leurs rôles respectifs et les contraintes qu’ils rencontrent dans leur pratique.

La table ronde n°2 a porté sur les outils, « parce que la résilience ne va pas de soi ».

Jacques SALZER et Gabrielle PLANÈS ont parlé de

la médiation : du conflit interpersonnel à l’organisationnel

et montré les contributions que la médiation peut apporter en matière de prévention et de sécurité.

ViolencesTravail

Pour être efficace, il convient de faire une « écoute globale » et prendre en considération conjointement 4 éléments (A. Pekar Lempereur, J. Salzer, A. Colson, Méthode de Médiation, Dunod, 2008, p. 166) :

I.G.O.S pour

  • I : l’Individu lui-même ;
  • G : au-delà, les Groupes auxquels appartiennent les individus et dans lesquels ils se reconnaissent : une famille, un village, un quartier, un groupe social ;
  • O : au-delà, les Organisations dont relèvent les individus et qui leur imposent des règles, une répartition du pouvoir, en tout cas les influencent : l’entreprise et son organigramme, le syndicat ou le parti politique et sa charte, l’association et ses statuts, le lycée et son règlement, etc. ;
  • S : enfin, les Systèmes globaux dans lesquels s’inscrivent les individus : systèmes politiques, juridiques, culturels, technologiques, d’usages et de coutumes, posant des interdits ou valorisant des désirs, influençant les chemins de la décision.

Pour Jacques SALZER, co-créateur de la formation à la médiation du C.N.A.M. de Paris : « le groupe passe, l’organisation reste ».

Pour Gabrielle PLANÈS, Présidente d’honneur de l’Association Nationale des Médiateurs : « la médiation rétablit le respect, base essentielle de la relation humaine ».

La synthèse des réflexions a montré qu’une coordination renforcée des acteurs pouvait seule garantir une prévention et une action efficaces.

Pour en savoir plus.

Chatuzange le Goubet, 23 juin 2017

Marielle Planel, Centre Médiation Active adhérent ANM

Vous êtes intéressé par la médiation ?