Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.

Grand Café de la Médiation à Lyon : la médiation du travail

Pour la deuxième année consécutive, le Grand Café de la Médiation a été organisé par l’association Médiation du Rhône, réseau de médiateurs professionnels indépendants de Lyon. Il s’est tenu le 9 novembre 2017 à l’Université Lyon 2 et avait pour thème la médiation du travail.

Pourquoi ce sujet ?

Au cours de ces trois dernières années, l’expérience concrète de l’exercice de la médiation dans le domaine du travail, que ce soit auprès d’associations, de collectivités, de PME ou de grosses entreprises m’a amenée à poser un certain nombre de questions cruciales sur l’importance du cadre de la médiation dans ces contextes.

Il était question de confronter les réponses à celles de la communauté des médiateurs, en essayant d’y réfléchir ensemble, entre professionnels de la médiation mais aussi avec des experts du monde de l’entreprise, consultants, RH, avocats, médecins du travail, ou encore psychologues du travail.

En effet, la médiation dans ce domaine est émergente, et à ce titre expérimentale. Nous en sommes les pionniers. Chacun de nous en la prescrivant, en la proposant à ses équipes, ou en l’exerçant la fait grandir. Il s’agit donc de la développer dans un sens éthique et rigoureux pour ne pas risquer de la dénaturer. Nous en avons tous la responsabilité.

Thèmes abordés
  • La médiation et le contrat de travail : échanges entre la présidente d’une chambre sociale de la Cour d’Appel, une avocate et une médiatrice.
  • La médiation et la santé au travail : échanges entre un médiateur, un médecin du travail et une psychologue du travail
  • La médiation et l’accompagnement : échanges entre une médiatrice, un DRH et une coach.

Les échanges ont été riches. La synthèse de ces tables rondes sera publiée sur le site de Médiation du Rhône.

En clôture des débats, la réflexion de Pierre Grand

« La médiation, c’est de l’optimisme en actes, c’est le goût de l’autre, une politesse envers l’humanité, une sorte d’écologie humaine.

Quand on parle de médiation, j’ai toujours en tête cette beauté conceptuelle, qui ne mérite pas d’être malmenée. Elle ne peut pas être un effet de mode dans un cirque médiatique éphémère. C’est avant tout une histoire, un concept rigoureux, qui s’inscrit dans une pensée chargée de sens. Les pouvoirs publics la réduisent à une formule banalisée, pratique, afin de désengorger les tribunaux des contentieux.

Elle n'est pas seulement cela, il faut sans cesse et à contre-courant renouer avec son origine.
Comme le souligne Mme Guillaume-Hofnung, « la médiation est un processus de communication éthique qui repose sur la liberté » et je rajoute – sur la liberté de volonté – et la responsabilité des personnes. Il faut entendre, ici la responsabilité comme un engagement, un devoir d’avenir. Sa véritable nature reste la réhabilitation de la parole dans la construction d’un dialogue.

Le médiateur est un tiers qui accueille, extérieur au système, qui promeut ainsi son impartialité. Il anime, au sens d’ « Animus », un processus communicationnel de mise en forme des ruptures de communication pouvant entraîner des conflits, en invitant le regard de l’un à faire sa place dans le regard de l’autre. Il doit aussi savoir rester neutre, c’est à dire exempt de tout pouvoir direct ou induit, pour favoriser l’émergence de la solution entre les personnes, si solution il y a.

Le médiateur n’est pas un expert, il ne recueille pas, il accueille. Il y a déjà dans le monde de l’expertise, un très grand nombre d’experts qui entourent l’accompagnement des conflits et litiges. N’y aurait-il pas, par ailleurs, une médiation à entreprendre entre tous ces experts, afin de relier ce qui ne l’est pas, car ce qui n’est pas relié est souvent perdu ?

Sous l’égide de l’Association Nationale des Médiateurs, je fais la proposition suivante :

Organisons un groupe de réflexion et de recommandation éthique de la médiation Rhône-Alpes.

Les questions qui se posent aujourd’hui autour de la médiation doivent, sous le regard des principes de déontologie et des recommandations éthiques, être parfois repensées, clarifiées, afin de réduire l’écart entre la pratique et la pensée conceptuelle.

Ce groupe pourrait se nommer le « Grem » (Groupe de Réflexion et de Recommandation Ethique de la Médiation Rhône Alpin)
Groupe ouvert, transversal, avec universitaires, praticiens, chercheurs .... ».

En conclusion, la mise en place d’un projet

La délégation Rhône-Alpes de l’ANM va donc mettre en place à Lyon ce groupe animé par Pierre Grand. Ce groupe se propose d’être un organe de référence et de réflexion. Il n’aura pas de pouvoir de décision, mais de recommandation. Il pourra être consulté sur des situations concrètes. Il pourra donner un avis.

Ce projet participe de ce besoin partagé de donner un cadre à l’usage de la médiation, pour qu’elle vive et se développe, mais pas à n’importe quel prix, ni au détriment de sa vraie nature.

Gaëlle Walker, Déléguée régionale ANM

Vous êtes intéressé par la médiation ?