Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.

L’intelligence collective appliquée à la médiation

Dans un contexte où le monde du travail devient synonyme de mal-être et où le management est à repenser, la médiation s’enrichit de l’intelligence collective.

Au-delà d’une discipline, l’intelligence collective est un art dont tous les médiateurs peuvent s’inspirer.

Si la recette est simple, son application demeure subtile et puissante. Elle demande au médiateur une posture d’humilité et de grande flexibilité. Toutefois, l’essentiel réside dans la qualité de présence du médiateur.

J’ai pris soin de noter quelques définitions de l’intelligence collective, afin de sensibiliser le médiateur à l’esprit collaboratif. L’espace co-créatif étant disponible à chaque médiation, en fonction du niveau de conscience du médiateur et de ses interlocuteurs, il s’agira d’adopter une posture « méta » et, à la fois, de s’observer soi-même, d’observer chacun individuellement et de s’observer tous ensemble collectivement.

  1. Définitions de l’intelligence collective
  2. Induire un esprit collaboratif et co-constructif
  3. Les outils mis à disposition de la médiation
  4. …en conclusion…

intell1

1/ Définitions de l’intelligence collective

« CONCEPT QUI SE REFERE A LA CAPACITE DES COMMUNAUTES HUMAINES A EVOLUER VERS UNE ORGANISATION D’UN HAUT NIVEAU DE COMPLEXITE, D’INTEGRATION, D’INNOVATION GRACE A UNE COLLABORATION ACTIVE, LARGE, ETENDUE, DANS UN CADRE CLAIR. »

P. Levy

Capacité d'un groupe humain à optimiser les capacités individuelles de chacun au service d'une mission commune : cela permet à une intelligence collective d'émerger.

R.Dilts

1 Oxygène + 1 Hydrogène = EAU

La nouvelle relation exprimée par la création de l'eau " transcende et inclut les entités individuelles qui la composent, en produisant quelque chose qui contient les deux mais qui est en même temps complètement nouveau.

Pour reprendre l'exemple d'Internet. A l'époque ou l'Arpanet est né, personne à l'époque n'avait envisagé Internet. Le leadership du visionnaire (Don Pickens) ne consiste pas seulement à avoir une vision, il est nécessaire de "tisser" cette vision avec d'autres visions. Ainsi Internet est né en 1969.

Ken Wilber

L’intelligence collective est la capacité d’un groupe de personnes à collaborer pour formuler son propre avenir et y parvenir en contexte complexe.

J.F Noubel

Quelques définitions collectives de l'intelligence collective…
(Récoltées lors des séminaires que j’ai animés)
  • C'est l'art de vivre et de créer ensemble, une société harmonieuse qui nous permet d'exprimer ce que l'on est."
  • Œuvrer ensemble en conscience "
  • La capacité à sentier que l'on fait partie d'un tout plus grand que soi. Que nous sommes influencés par ce grand tout et que nous avons nous-mêmes la capacité de l'influencer de manière positive et consciente en évoluant ensemble."
  • Ouvrir la conscience au plus grand nombre possible pour changer notre vision de la vie et voir qu'elle est belle à vivre ".
  • Le chainon manquant entre le silence et la parole, ce qui nous fait "sentir" avant de prendre "conscience", ce qui nous relie dans l'invisible.
  • S'éveiller davantage, agir en conscience et avec sagesse en harmonie avec les principes invisibles de la vie pour soi et les autres, en étant responsable tous responsables des conséquences générales."
  • Mettre ensemble nos capacités humaines pour le bien de l'univers"
Sur le terrain de l’entreprise

Appliquée à l’entreprise, l’intelligence collective nous fait sortir du système pyramidal de la hiérarchie pour entrer dans un fonctionnement holarchique :

intell2

Une holarchie est composée de holons qui sont des entités autonomes et indépendantes mais qui sont reliées à une entité supérieure dont elles font partie.

Au-delà des problématiques de communication, de gestion des relations humaines, de management, des enjeux financiers et de rentabilité, de la qualité de service et de performance, il existe un problème qui se situe à l'extérieur de l'entreprise : c'est le monde en mutation dans lequel nous vivons.

La gestion d'une entreprise est un métier qui demande quotidiennement un temps d'introspection qui se doit par nécessité d'être court et efficace. Le dirigeant, qui doit s'adapter avec souplesse et fluidité à la complexité des enjeux du quotidien, peut trouver par les processus de l'intelligence collective que je propose un atout majeur d'une valeur inestimable pour lui-même personnellement, pour chacun des salariés ainsi que pour la structure de l'entreprise. L'intelligence collective nous invite tous à penser autrement, et pour penser autrement, nous devons faire l'effort de regarder en nous, d'oser la profondeur intérieure, de pénétrer dans le monde de notre inconscient et cela de manière individuelle, afin que le collectif puisse renaitre dans sa nouvelle conscience, aiguisé par la conscience individuelle de chacun de ses membres, motivés par des valeurs communes et des objectifs commun qui servent de manière juste , l'intérêt personnel et l'intérêt collectif.

N'y a-t-il pas de meilleur chemin que celui d'innover, d'oser l'inconnu, de faire confiance, de se laisser surprendre, d'instruire, d'apprendre, d'enrichir et développer le futur de manière consciente, dans la joie de découvrir les lois de la synchronicité, la loi de l'attraction, de jouer le jeu de la vérité, de viser le beau, le juste et la transparence de la communication authentique, au service d'un travail co-construit, collaboratif et en cohésion avec un management qui a choisi la voie de l'intelligence collective afin d'en vivre les aspects phénoménologiques à la fois humains et financiers.

Le Rôle Clef de l’animateur en Intelligence Collective

Le facilitateur en intelligence collective se doit d'être un Leader et il est indispensable qu'il sache lire la quintessence de son groupe. Il possède également l’aptitude à communiquer et à faciliter la communication. Pour accompagner ce processus, il doit avoir une sensibilité aiguë et doit pouvoir lire le niveau d'autonomie de chaque participant. Tout en lisant la multiplicité des personnalités, il saura également laisser jaillir l'unicité.

L'essentiel du processus réside dans la qualité de présence de chaque individu. Car c'est l'association des Présences qui produit la quintessence du collectif.

L’animateur enseigne le détachement grâce à une posture d'observateur. Il est le régulateur des jeux psycho-émotionnels et des dérapages de l'égo. Il veille à ce que les problèmes personnels soient traités à part du groupe et aide à ce que chaque participant prenne conscience qu'il y a un travail de développement personnel qu’il se doit de gérer en dehors du processus de l'intelligence collective. Il est le gardien de la cohésion du groupe et favorise toujours l'autonomie.

2/ Induire un esprit collaboratif et co-créatif

La co-création de solutions passe nécessairement par une posture d’humilité : l’égo individuel est mis de côté, dans le but d’atteindre l’objectif commun : l’émergence d’une solution co-construite entre les parties.

Le médiateur est avant tout un facilitateur du passage proposé par la médiation. Passage d’un état à un autre : d’un état conflictuel à un état pacifié, ou bien d’un état insoluble à un état d’accord possible, ou encore d’un état de communication bloquée à un état de remise en dialogue, etc… les passages prennent différentes formes en fonction des situations rencontrées.

Le phénomène que l’on observe avec l’intelligence collective nous montre que le médiateur est ponctuellement le leader lorsqu’il prend l’animation en main en tant que gardien du cadre, et dans le même temps, il doit savoir faire abnégation de son égo personnel, lorsqu’il vise à laisser émerger des bribes de solutions ou d’accords possibles par les parties elles-mêmes. Or l’intelligence collective nous apporte de manière intrinsèque une forme de dépassement de soi : l’intérêt individuel est transcendé par l’intérêt collectif.

Le but visé n’est plus « je suis le plus fort donc je vais y arriver ». Un nouveau paradigme s’installe : le succès collectif. Comme nous le rappelle le proverbe africain, « tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ».

Servir quelque chose de plus grand que soi rend humble. Celui qui rentre dans un service désintéressé agit moins par intérêt personnel que par altruisme. Cette notion d’intention est fondamentale pour le résultat et ses conséquences. C’est l’appel intérieur qui sous-tend la motivation profonde à agir pour une cause qui fait sens, individuellement et collectivement.

Lorsqu’une médiation aboutit, chacun sort gagnant même si la phase de renoncement (différente pour chacun) a été nécessaire. Le médiateur, lui, ressort grandit d’une expérience souvent riche en humilité. Il aura été acteur dans le processus global et pourtant, à aucun moment, il n’aura été l’auteur de la solution. L’accomplissement revient aux médiés qui auront su faire bon usage de leur intelligence collective.
L’intelligence collective se révèle dans la co-construction.

Le rôle du médiateur est de créer puis de soutenir les conditions d’émergence du champ d’où vont émerger les accords collectifs possibles : en amont, dès la phase de préparation du processus d’accompagnement par la méditation, puis durant les phases clés de la médiation en mode collaboratif. Cela requiert de sa part une approche holistique : être lui-même prêt à accueillir ce qui cherche à émerger + ajuster en temps réel sa posture d’humilité + adapter ses méthodes et processus à l’intelligence collective des parties. »

Comme nous l’évoque Peter Senge, l’intelligence collective induit un processus d’émergence. Or, en médiation, c’est bien d’une émergence de solutions dont nous avons besoin afin que les médiés trouvent une issue favorable par eux-mêmes. L’intelligence collective peut donc apporter à la médiation son processus d’émergence :

« La suspension du jugement, l’écoute active et empathique, l’authenticité, la bienveillance, l’égalité de dignité de parole, l’ouverture aux autres et à leurs idées avec la contrepartie d’accepter de lâcher ses propres peurs et certitudes. A partir du moment où ces principes sont respectés et appliqués par toutes les personnes présentes dans un même lieu et pour un temps donné, alors sont rassemblées les conditions de l’émergence. »

Peter Senge

3/ Les outils d’intelligence collective mis à disposition de la médiation

Dans le processus de l’intelligence collective, c’est l’addition des témoignages individuels qui va faire émerger collectivement une solution. La manière dont est structurée la communication est donc cruciale. L’un des points forts de l’intelligence collective est de pouvoir jouer sur les espaces de parole autant que sur les espaces occupés par les uns et les autres. En effet, en modifiant les emplacements (chaises, tables, etc.), nous modifions l’architecture relationnelle.

Ainsi, grâce à l’intelligence collective, le médiateur possède une palette d’outils supplémentaires lui permettant de faciliter l’émergence de solutions souvent plus rapidement et de manière plus fluide.

Outil I : Les accords du groupe

En modifiant notre code social de communication, nous allons induire une atmosphère plus posée, plus calme ou la parole sera davantage respectée, davantage prise en compte. Le silence sera aussi davantage utilisé comme un espace propice à un travail de profondeur.

Les accords de groupe auquel chacun adhère qui permettent à chacun de s’engager à mieux communiquer. Il s’agit de mieux communiquer pour s’ouvrir ensemble à une meilleure compréhension réciproque.

  • Je respire avant de parler,
  • J’offre ma parole au centre du groupe
  • Je reçois du centre
  • Je parle de mon expérience
  • Chacun peut inviter au silence
  • ...
  • Etc...
Outil 2 : Les 4 disciplines de l'intelligence collective
  1. La connexion : Se donner le temps pour se connecter les uns avec les autres.
    Il est indispensable de prendre du temps pour cette connexion au collectif sinon l'IC ne fonctionne pas.
  2. L'ouverture authentique (disclosure) : Dire la vérité
    Cela permet d'aller en profondeur et d'éviter le superficiel
  3. Accepter ce qui est (inclusion) : Quoi qu'il se passe, je reconnais ce qui se passe
  4. Responsable : Assurer le suivi par rapport à ses engagements - être fiable : s'engager et agir sur ses engagements.
Outil 3 : Les 5 pratiques de l'intelligence collective
  1. Step up : faire un pas en avant. Clarifier ce qui compte le plus pour moi;
    Pourquoi je suis prêt à prendre des risques, qu'est ce qui compte pour moi ? Se positionner.
  2. Step aside : faire un pas de côté. je n’ai pas toujours besoin d'être en tête. Nous faisons partie de l'orchestre même si l'autre fait le leadership. C'est un complément à la première pratique.
  3. Let go : laisser aller, lâcher prise. S’engager avec passion sans s'attacher. Laisser aller les attachements, les conditionnements. Je suis parfois attaché à la façon dont je vois les choses : je lâche prise pour accueillir l'inattendu.
  4. Admit that you don't know : se sentir confortable avec l'incertitude. Être patient quand il ne se passe rien, car cela peut prendre du temps pour émerger.
  5. Presence is value : Savoir que ma présence a de la valeur. Parfois je peux avoir l'impression que je n'apporte pas de contribution, pourtant ma présence a de la valeur, car je fais partie du champ collectif. Etre curieux de ce que j'apporte en étant présent.
Outil 4 : Utiliser la théorie U Définie par Otto Scharmer

Méthode d'élaboration d'une vision et d'un passage à l'action découpée en trois phases majeures :

Une phase de descente caractérisée par l'abandon de nos habitudes relationnelles (voix du jugement, du cynisme et de la peur) pour accéder à nos véritables désirs et par un lâcher prise permettant l'émergence d'une réelle présence. Cette phase débute par une co-initiation où nous écoutons les autres et ce que la vie nous invite à faire, et une étape de co-perception où nous observons la situation en ouvrant l'esprit et le cœur.

Bas du U ou état de Présence, correspond à l'état de connexion au vivant où nous parlons de ce qui nous traverse et nous laissons advenir le futur et émerger l'intelligence Coopérative.

Phase de remontée articulée autour d'une étape de Co-création où nous cristallisons notre intention au travers de la réalisation d'un prototype pour explorer l'avenir, puis par une étape de Co-élaboration où nous déployons la réalisation concrète de projet. Cette méthode est réalisable sur une à deux journées.

Otto Scharmer , 2013, Théorie U : Diriger à partir du future émergent, Pearson.

Outil 5 : Le world café

intell3

En s’inspirant du world café, le médiateur peut inviter à une certaine convivialité, il peut proposer de dessiner ensemble, en mettant un paper board à plat sur une table ou tout autre possibilité induisant la co-construction de tableaux, de solutions.

Outil 6 : La médiation collective ou « la médiation au sablier »

Définition : la médiation collective est la capacité d’un groupe à gérer, réguler, solutionner ses problèmes et ses conflits.

L’objectif de la médiation collective est de s’entraîner à fonctionner dans l’échange des ressentis et le partage d’idées dans des situations difficiles.

Le déroulement : mise en application des accords du groupe (outil 1) tout en mesurant le temps de parole au sablier.

  1. S’assoir en cercle, de préférence sans table.
  2. Rappeler les accords du groupe et les afficher.
  3. Informer du rôle de médiateur
  4. Le médiateur invite à exprimer la problématique
  5. Chacun s’exprime le temps d’un sablier et à tour de rôle
  6. Le médiateur propose un tour de parole général pour valider les accords entre les parties.
Outil 7 : l’Humour

Il était une fois quatre individus qu'on appelait
Tout le monde - Quelqu'un - Chacun - et Personne.
Il y avait un important travail à faire,
Et on demanda à Tout le monde de le faire.
Tout le monde était persuadé que Quelqu'un le ferait.
Chacun pouvait l'avoir fait, mais en réalité Personne ne le fit.
Quelqu'un se fâcha car c'était le travail de Tout le monde !
Tout le monde pensa que Chacun pouvait le faire
et Personne ne doutait que Quelqu'un le ferait.
En fin de compte Tout le monde fit des reproches à Chacun parce que Personne n'avait fait ce que Quelqu'un aurait pu faire.

Sans vouloir reprocher à Tout le monde
il serait bon que Chacun
fasse ce qu'il doit sans nourrir l'espoir que
Quelqu'un le fera à sa place
car l'expérience montre que
là où on attend Quelqu'un,
généralement, on ne trouve Personne !

Transférez à Tout le monde afin que Chacun puisse l'envoyer à Quelqu'un sans oublier Personne.

4/ En conclusion...

Comme nous le disait Victor Hugo :

“Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue.”
"Nothing is more powerful than an idea whose time has come."

Si l’intelligence collective nous apporte une idée dont l’heure a sonné, le résultat appartient à notre capacité individuelle et collective à travailler ensemble, à co-construire ensemble nos solutions et à innover ensemble en conscience de nos enjeux à la fois humains et planétaires.

Serons-nous suffisamment conscients collectivement que notre futur nous appartient, et saurons-nous être plus efficaces ensemble ?

Il me semble qu’au cœur de la médiation, comme au cœur de l’humain se trouve la solution : le juste équilibre.

Les abeilles nous montrent-elles un chemin ?

« Les abeilles sont depuis longtemps le modèle des Républiques & des villes bien policées. Leur Economie est une Ecole pour toutes sortes de personnes. Les Roys s’y peuvent instruire de la générosité & de la douceur que commande leur condition, & les peuples du respect & de la fidelité qu’ils doivent à leurs Souverains. Il n’est point d’armée mieux rangée que leurs essaims, ils ont leur rang & leurs files bien disposez, & je ne scay s’il fut jamais des troupes mieux disciplinées, ny plus adroites que ces escadrons ailez. Cette République volante à ses temps de guerre & de paix, elle combat sous les yeux de son Roy avec une générosité qui mériteroit des couronnes, si la nature ne les avoit déjia fait naître avecque le diadème. Il n’est rien de plus fier, ni de plus animé dans l’attaque & la défense, & ces petites amazones qui naissent armées pour maintenir leur liberté ont du fiel & de la bile, quoy qu’elles ne se nourrissent que de miel & de rosée. On diroit à les voir ordinairement parmy les Fleurs, que leur vie est molle, délicate & languissante, mais aussi tost que le bruit des petites Trompes de leurs compagnes sonne l’alarme & les appelle à la défèce de leur ruche, elles passent de ce doux exercice au tumulte des combats, & s’exposent aux dangers avec autant d’argeur que de courage. Il faut néanmoins advoüer que la paix leur est plus convenable que la guerre, & qu’il y a plus de plaisir à les voir empressées à leur petit travail qu’occupées à une attaque ou à la défense de leur postes. »

L’Art des Emblèmes – Extrait

Anne-Marie Bataille, Adhérente ANM

Vous êtes intéressé par la médiation ?