Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.

Retour d'expérience : Val d'Europe (77)

Frédéric ROZIERE - 20 Février 2019 - Débat organisé à la demande de la Mairie

 

Vos observations et ressentis sur la tenue du débat:

Débat en présence de 80 personnes.

J’ai effectué une réunion préparatoire de 2H avec les 4 personnes de la Mairie présentes pour le Grand Débat National. J’ai écouté leurs souhaits et fait le lien avec la proposition du gouvernement d’échanges entre citoyens sur les 4 grands thèmes. Nous nous sommes mis d’accord sur un cadre ; ci-dessous quelques grandes lignes :
-       ce n’est pas un débat politique donc le Maire est considéré comme un citoyen. Idem pour les opposants. Donc pas besoin d’un discours d’introduction du Maire ; ce n’est pas l’objectif.
-       le Médiateur anime les débats en toute neutralité et impartialité : il est LE responsable de la soirée en tant que facilitateur des débats. J’ai effectué le discours d’introduction qui consistait à poser le cadre de la soirée, pour 10 minutes, au milieu des participants.
-       Le maître mot est TOLÉRANCE : pourquoi son idée serait meilleure que celle d’un autre ?
-       Quatre thèmes, donc 4 tables (ou îlots) ou les personnes peuvent participer en fonction de leurs appétences.
-       10 minutes pose du cadre, 90 minutes débats, 2x5 minutes pause et 5 minutes pour clôturer le débat à l’heure.
-       Chaque personne peut s’exprimer ou pas et elle est responsable de SON temps de parole : elle peut l’utiliser pour dire ce qui ne va pas (râler) et/ou ce qu’elle souhaite (proposition d’idées).
-       Paper-board à chaque table sur lequel après reformulation, une personne désignée note exclusivement le souhait (en quelques mots) exprimé par le citoyen.
-       Tout citoyen a le droit à la parole : le temps est donc divisé en fonction du nombre de participant/thème/ilot. S’il reste du temps disponible toute personne peut s’exprimer une deuxième fois.
-       Tout citoyen a droit à l’écoute et au respect : impossibilité de couper la parole pendant le temps de parole et impossibilité de changer de table pendant le débat.
-       Si des frustrations, des idées, des propositions n’ont pas été entendues, nous avons installé un « cahier des doléances » à l’entrée de la salle.
-       Si pas le temps ou l’envie d’écrire avant, pendant ou après les débats, la Mairie met à disposition une adresse mail pour que chaque citoyen puisse s’exprimer librement.
-       Tous les citoyens présents lors du GDN recevront les notes de synthèse, sur demande.

Grace à une préparation qui a permis à tous les intervenants de gérer leur table, le paper board, les boissons, l’accueil des citoyens, le débat a été respectueux et constructif. 

J’ai été surpris par la quantité et la qualité d’idées notées.

Grace à la pause du cadre, je me suis senti à l’aise pendant les débats et heureux d’avoir pu contribuer pour mon pays.


Comment avez-vous rédigé votre synthèse ?

A partir des idées notées sur les paper-board.


Quels enseignements en tirez-vous ?

Prise de conscience à quel point ma formation complémentaire à la Communication Non-Violente (Dr Rosenberg) est un outil parfaitement adapté et utile pas seulement à la Médiation mais aussi pour animer le Grand Débat National. 
Expérimenté en médiation conventionnelle et judiciaire, gérer 80 personnes enthousiastes pour exprimer ce qu’elles ont sur le cœur, était pour moi une première expérience. Compte tenu de la satisfaction exprimée par les participants et à l'aise pendant cet exercice, j'ai très envie de recommencer si l’occasion se présente.


Quels conseils donneriez à vos confères animateurs de débats ?

Aucun conseil, car justement un médiateur sait s’adapter au moment présent.

Vous êtes intéressé par la médiation ?