Chronique d'une victoire incertaine ou l'apprentissage de l'humilité | ANM - Association nationale des médiateurs

Chronique d'une victoire incertaine ou l'apprentissage de l'humilité

Publié le 11 mai 2020

Il est grand temps de reconnaître à la Nature le magistère absolu d'être la garante de toute vie et de notre survie. Oublier ce caractère irrévocable condamne nos efforts à n'avoir aucun lendemain.
Pierre Rabhi, « Conscience et environnement »

Chers confrères et consœurs,

En cette période de confinement, j'ai souhaité vous faire partager cette brève réflexion sur l'actualité.

Ces quelques lignes sont dédiées à ceux qui se lèvent, s'exposent, ont le courage de sortir travailler malgré la menace, pour que nous puissions assurer notre quotidien, faire nos courses, nous déplacer, rester actifs, nous soigner, et même être sauvés.

Tous ces anonymes démontrent au quotidien que le meilleur se dévoile lorsque nous traversons le pire.

Camus, que je vous invite à lire et à relire, écrivait dans ses Carnets, en 1942 : « Je veux exprimer au moyen de LA PESTE, l'étouffement dont nous avons souffert et l'atmosphère de menace et d'exil dans laquelle nous avons vécu. Je veux du même coup étendre cette interprétation à la notion d'existence en général. » Cette ambiance de Peste, c'est-à-dire la terreur de la souffrance et de la mort, de la contamination par l'autre, de l'enfermement obligatoire, de l'exil, même s'il s'agit de "l'exil chez soi", nous y sommes aujourd'hui.

Pour l'homme du 21ème siècle, le constat de la propagation du COVID est tout aussi cruel que déstabilisant.

Comment ce virus peut-il infecter des millions d'individus en quelques mois à l'échelle planétaire et nous faire basculer dans la panique et la terreur comme au pire des moments de notre histoire ?

Par chance, pour cette fois, l'usage universel d'Internet et de la dématérialisation permet à chacun de trouver une fenêtre ouverte sur le monde, une échappatoire salvatrice.

Garder le contact sans s'exposer, pouvoir appeler et être appelé, voir et être vu, sans limite géographique, garder un rôle actif social et économique, l'usage du numérique produit ce miracle et s'impose plus que jamais comme le pilier de notre civilisation.

Par ailleurs, rester à l'intérieur, se couper du monde, ne plus tenir compte de la pression du temps économique, ni de nos contraintes extérieures habituelles est aussi une chance de pouvoir se recentrer sur l'essentiel, sur ce qui résonne ( raisonne ) en nous, adopter une meilleure qualité d'écoute de ses propres besoins, une disponibilité inédite à accorder à ses proches, à sa famille, à ses amis, chez soi et à distance.

Un jour, nous ressortirons de nos tanières, nous le savons, dans l'incertitude du quand ? mais la certitude acquise que cette crise sanitaire et économique aura ébranlé définitivement notre mythe de surpuissance, sur la maladie, du contrôle absolu de la science, de la fiabilité de nos gouvernances, de la justesse de nos politiques de prévention, de santé, de l'efficacité des mesures de protection aussi coûteuses soient-elles.

« C'est à la fin de la foire que l'on compte les bouses », déclarait le président Chirac, avec son humour légendaire. L'exercice sera d'autant plus complexe et profond que le terrain de jeu est mondial, ou plutôt celui de « la mondialisation ».

Tout ce que l'on peut se dire pour demain et les jours suivants, c'est qu'il faudra reconstruire plus propre, plus solide, plus fiable et surtout plus humain

… et évidemment CHANGER.

CHANGER, à l'échelle individuelle par nos comportements et tenir compte de la triste réalité, que les jours sont comptés, que nos proches ne sont pas immortels, que nos organisations sont fragiles, que le pouvoir peut se révéler démuni.

Ce petit effort de conscience, ce travail sur soi-même n'est pas si difficile ; il est pourtant impératif pour se donner, nous donner une chance de retrouver un monde plus raisonnable, fait de progrès durables, un futur pour nos enfants, un vrai.

Et surtout cesser notre attitude arrogante, dominatrice, individualiste et de déni de l'environnement, qui nous mène à l'impasse depuis trop longtemps.

L'épilogue de la Peste de Camus nous le rappelle :

« Ecoutant les cris d'allégresse qui montaient de la ville, Rieux se souvenait que cette allégresse était toujours menacée. Car il savait […] que le bacille de la peste ne meurt ni ne disparaît jamais, qu'il peut rester pendant des dizaines d'années endormi dans les meubles et le linge, qu'il attend patiemment dans les chambres, les caves, les malles, les mouchoirs et les paperasses, et que, peut-être, le jour viendrait où, pour le malheur et l'enseignement des hommes, la peste réveillerait ses rats et les enverrait mourir dans une cité heureuse. »

Bien à vous,

Eric Kirsnewaz, administrateur de l'ANM

 



L'ANM sur Twitter

Prochaines formations

LA MEDIATION ADMINISTRATIVE / à distance
Du jeudi 3 septembre 2020
Au vendredi 11 septembre 2020

INITIATION A LA MEDIATION A L'USAGE DES EXPERTS DE JUSTICE
Du vendredi 4 septembre 2020
Au samedi 14 novembre 2020

L'ART DU DIALOGUE EN MEDIATION / à distance
Le vendredi 11 septembre 2020

L'approche stratégique
Le vendredi 11 septembre 2020

DEVELOPPER VOTRE INTELLIGENCE EMOTIONNELLE / à distance
Du jeudi 17 septembre 2020
Au vendredi 18 septembre 2020

ANM Conso

Si vous êtes un consommateur et avez un problème avec un professionnel, cliquez ici.

Si vous êtes un professionnel à la recherche d'une entité de médiation de la consommation, cliquez ici.

15 juin 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°55

Consultez notre dernière lettre d'information en cliquant ici.

13 juin 2020

Actualités de nos adhérents

Nos adhérents vous proposent leurs ouvrages sur la médiation :

E-book Avocat et médiation
Un e-book co-écrit avec Anne Marion de CAYEUX et Catherine EMMANUEL Retrouvez le en cliquant ici


La comédiation - Mode d'emploi
Ouvrage publié en 2020 aux éditions ]

22 mai 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°54

Consultez notre dernière lettre d'information en cliquant ici.

23 avril 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°53

Consultez notre dernière lettre d'information en cliquant ici.

22 avril 2020

Médiation pénale et justice restaurative

Regards croisés de deux procureurs généraux, Jacques DALLEST et Olivier JORNOT :

30 mars 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°52

Logo Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.
Pont

Chers adhérents et amis, 

Nous avons le plaisir de vous inviter à lire la []

2 mars 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°51

Logo Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.
Pont

Chers adhérents et amis, 

Nous avons le []

24 février 2020

Projection du film "Je ne te voyais pas"

Projection du film "Je ne te voyais pas", un long métrage documentaire autour de la justice restaurative, le jeudi 19 mars 2020 à 17h30.

L'Institut des Sciences de la Famille en partenariat avec l'Association National des Médiateurs et la Faculté de Droit Julie-Victoire Daubié vous propose []

13 février 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°50

Logo Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.
Pont

Chers adhérents et amis, 

Nous avons le []

11 décembre 2019

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°49

Consultez notre dernière lettre d'information en cliquant ici.