La révolution du don & Œil pour œil, don pour don | ANM - Association nationale des médiateurs

La révolution du don & Œil pour œil, don pour don

Publié le 11 avril 2019

Deux ouvrages d'Alain Caillé et Jean-Édouard Grésy

La révolution du don & Œil pour œil, don pour don

Tels sont les titres des deux ouvrages sur le don qu'Alain CAILLÉ et Jean-Édouard GRÉSY ont publiés en 2014 et en 2018.

Jean-Édouard GRESY répond aux questions de l'ANM et nous fait découvrir la pensée de Marcel MAUSS.

Quelle est l'origine de tes livres sur le don ?

Lors de mes études en anthropologie, deux auteurs m'ont fasciné à la fois par l'opérationnalité et la profondeur de leurs analyses des comportements humains. Le premier c'est René Girard, incontournable pour qui s'intéresse aux origines du sacré et de la violence, à travers sa théorie du désir, des rivalités mimétiques et du bouc émissaire. Le second, c'est Marcel Mauss, qui montre que s'il y a une chose immuable et qui fonctionne de la même façon d'un individu à l'autre, d'un groupe ou d'une société à l'autre, c'est bien la manière dont nos liens se créent, s'entretiennent ou se détruisent. Il y a certes une dimension interculturelle dans la mesure où ce qui circule aux Antilles comporte des spécificités locales et diffère sous bien des aspects de ce qui circule au Japon. Pour autant, cela suit les mêmes finalités et le même cycle, qu'il est indispensable d'explorer pour qui souhaite réparer les liens. C'est ce qui m'a poussé à proposer à Alain Caillé d'écrire avec lui deux ouvrages de vulgarisation : le premier, La révolution du don : le management repensé à la lumière de l'anthropologie (Le Seuil, 2014) transposé au contexte de l'entreprise, le second, Œil pour œil, don pour don : la psychologie revisitée (Desclée de Brouwer, 2018) transposé aux psychopathologies de nos liens du quotidien. En septembre, sort également une BD intitulée « La mécanique du don » (Glénat, 2019).

Peux-tu préciser en quoi consiste ce cycle du don ?

Pour qu'une relation existe, il faut qu'il y ait circulation de dons et de contredons. Donner est un pari de confiance car nous ne savons pas si celui qui reçoit le don, donnera en retour, ce qu'il donnera, quand il donnera... En ce sens, le don est inconditionnel, comme l'estime, le respect, la confiance... qui en résultent. Le don n'est pas quantifié à la différence de l'échange marchand, car le lien importe plus que l'objet de l'échange. Marcel Mauss distinguait trois temps dans le cycle du don : Donner – Recevoir et Rendre. Toutefois pour que ce cycle puisse s'amorcer, ce dernier doit être complété par une première étape celle de la demande . Il s'agit ainsi de savoir demander avec les formes, de donner pleinement et à bon escient, de recevoir avec gratitude et de rendre de bon cœur. Pour que la relation dure, ce cycle ne s'arrête jamais. Le temps entre un don et un contredon peut être long comme avec certains amis éloignés géographiquement. Mais sous des abords extrêmement généreux, le don peut s'avérer vicieux. Dans les langues germaniques anciennes, « Gift » a deux significations : cadeau ou poison. Si quand on aime, on ne compte pas, quand il y a maldonne, on règle ses comptes. Et c'est pourquoi, le travail d'un médiateur ne peut se concevoir sans une certaine acuité de lecture en clés de don.

Qu'est-ce qui peut provoquer cette maldonne ?

J'ai rencontré en médiation, un manager qui reprochait par exemple un défaut de loyauté à un de ses collaborateurs pour lequel, il disait avoir tout fait pour lui. Ce collaborateur expliquait qu'il s'était senti mis sous sa coupe, empêché dans sa volonté de donner à son tour et qu'il avait en quelque sorte dû « tuer le père », pour retrouver sa liberté d'agir, redevenir véritablement lui-même. A chacun des quatre temps évoqués, il y a deux écueils dans lesquels, il faut bien se garder de tomber : exiger ou ne pas oser demander, donner trop ou retenir, refuser ou recevoir sans gratitude, négocier ou se sacrifier.

La maldonne peut aussi se produire du fait de la multiplicité des langages du don et des incompréhensions interculturelles qui en résultent : donner de l'inspiration à quelqu'un qui recherche de la considération, mesurer le niveau d'implication de ses collègues et rester insensible à leurs témoignages d'affection... Ce qui fait la valeur des dons que l'on fait, s'étalonne selon différents systèmes de références, qui constituent autant d'opportunités de mieux apprendre de soi et de l'autre dès lors que l'on sait en discuter sans se déchirer.

Comment transformer cette maldonne en nouvelle donne ?

Quand vous demandez dans une équipe qu'est-ce qui vous fait dire que l'ambiance est bonne, vous entendez toujours la même chose : il y a du soutien quand quelqu'un va mal, de l'entraide, on se rend service, on se sent reconnu, on partage l'info, nos réseaux, des idées qui nous permettent d'innover, on fête les réussites, les anniversaires... Quand ça va mal, vous entendez aussi toujours le contraire : on ne partage plus grand-chose, même plus un café, parfois quelques cancans, on ne rit plus, chacun reste dans son coin, joue perso, on a la boule au ventre... Tout le travail du médiateur consiste à les aider à comprendre où est-ce qu'ils se sont ratés dans leur histoire, à permettre une reconnaissance réciproque des impacts émotionnels que cela a générés. Plus on arrive tôt, plus c'est facile. Plus on arrive tard, plus les clivages et les postures victimaires ont délité les liens, parfois de manière irréparable. Si chacun repart avec une meilleure compréhension de ce qui a pu blesser les uns ou les autres et l'engagement d'y remédier, alors les relations peuvent reprendre mais ce qui est complexe c'est que ça ne se décrète pas et que ça ne se protocolise pas. La confiance suppose d'oser demander, donner, recevoir et rendre à nouveau. Comme le dit le renard au Petit Prince, pour se « réapprivoiser », il faudra être très patient : « Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, dans l'herbe. Je te regarderai du coin de l'œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près... ».

Jean-Édouard Grésy, Associé Fondateur d'AlterNego, association adhérente de l'ANM

 



L'ANM sur Twitter

Prochaines formations

LA MEDIATION ADMINISTRATIVE / à distance - Reportée début septembre 20
Du vendredi 3 juillet 2020
Au samedi 4 juillet 2020

LA CLINIQUE DE L'INTERCULTUREL / à distance /REPORTE
Le samedi 4 juillet 2020

GERER LES PERSONNALITES DIFFICILES / à distance
Le mardi 7 juillet 2020

LA MEDIATION ENVIRONNEMENTALE / à distance
Du vendredi 10 juillet 2020
Au samedi 11 juillet 2020

L'ART DU DIALOGUE EN MEDIATION
Le samedi 11 juillet 2020

ANM Conso

Si vous êtes un consommateur et avez un problème avec un professionnel, cliquez ici.

Si vous êtes un professionnel à la recherche d'une entité de médiation de la consommation, cliquez ici.

15 juin 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°55

Consultez notre dernière lettre d'information en cliquant ici.

13 juin 2020

Actualités de nos adhérents

Nos adhérents vous proposent leurs ouvrages sur la médiation :

E-book Avocat et médiation
Un e-book co-écrit avec Anne Marion de CAYEUX et Catherine EMMANUEL Retrouvez le en cliquant ici


La comédiation - Mode d'emploi
Ouvrage publié en 2020 aux éditions ]

22 mai 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°54

Consultez notre dernière lettre d'information en cliquant ici.

23 avril 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°53

Consultez notre dernière lettre d'information en cliquant ici.

22 avril 2020

Médiation pénale et justice restaurative

Regards croisés de deux procureurs généraux, Jacques DALLEST et Olivier JORNOT :

30 mars 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°52

Logo Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.
Pont

Chers adhérents et amis, 

Nous avons le plaisir de vous inviter à lire la []

2 mars 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°51

Logo Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.
Pont

Chers adhérents et amis, 

Nous avons le []

24 février 2020

Projection du film "Je ne te voyais pas"

Projection du film "Je ne te voyais pas", un long métrage documentaire autour de la justice restaurative, le jeudi 19 mars 2020 à 17h30.

L'Institut des Sciences de la Famille en partenariat avec l'Association National des Médiateurs et la Faculté de Droit Julie-Victoire Daubié vous propose []

13 février 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°50

Logo Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.
Pont

Chers adhérents et amis, 

Nous avons le []

11 décembre 2019

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°49

Consultez notre dernière lettre d'information en cliquant ici.