« Chemin intérieur, chemin extérieur » | ANM - Association nationale des médiateurs

« Chemin intérieur, chemin extérieur »

Publié le 17 octobre 2019

Inventer les rencontres, histoire d'un film pour faire tomber les murs

Réunir des mondes qui n'ont pas l'habitude de se côtoyer, tel est mon pari de médiateur qui sera porté à l'écran au travers d'un film documentaire. D'un côté, des personnes condamnées à la prison ferme, aux vies cabossées et ayant souvent perdu toute confiance dans les institutions, et de l'autre côté de jeunes étudiants issus d'une école prestigieuse, Sciences Po Bordeaux, qui auront des rôles clés dans ces mêmes institutions.

Le film propose une réflexion sur la prison et sa fonction dans la société. Elle ancre la parole au centre du processus de rencontre.

Dialogues4 détenus, 6 étudiants, 2 surveillants, 1 conseillère d'insertion, 2 médiateurs (Fabrice Gand et Jean-Luc Bermond, médiateurs formés à l'Ecole médiateurs CNV), 1 cameraman et 1 ingénieur du son. Tous ensemble début septembre, nous nous sommes rejoints le temps d'une randonnée, où le silence alternait avec la parole, les rires avec des émotions intenses. Les mots manquaient parfois pour les uns. Etaient retenus. Glissaient facilement pour les autres.

Les étudiants avaient pris le temps de s'informer : ils ont visité la prison au préalable, des quartiers innovants « Module Respect » jusqu'au quartier disciplinaire. Ils pourraient être « brillants d'inhumanité », fiers de leur savoir, mais ceux-là brillent de curiosité et de découverte. Ils sont arrivés avec leurs images de fictions dans la tête, et ils ont fait l'expérience de la réalité.

Hormis les objectifs habituels des actions d'insertion - restaurer l'image de soi, préparer la sortie - la rencontre invitait à poser les questions du sens de la « peine ». Comment inventer, ensemble, des moyens qui permettent aux condamnés de sortir de prison avec moins de dommages que lorsqu'ils y étaient entrés ? Avec moins de ressentiment vis-à-vis de la société ? Avec un réel sens du collectif, avec ce sentiment d'appartenance, de fierté, d'honneur, d'être citoyen parmi d'autres ? Nous avons réussi, je crois, le temps de ces 5 jours, à créer ce monde de coopération. Les surveillants volontaires ont pu montrer à tous le sens de leur mission, leur réelle envie d'aider, d'accompagner, de faire un groupe. Chacun a pu dire la gratitude de voir l'autre donner autant, chacun a pu dire la force avec laquelle il repartait de son côté (dehors ou en cellule), et l'envie de donner à son tour aux autres. J'espère que le film pourra retranscrire ce que nous avons savouré ensemble.

À l'heure où fleurissent des politiques sécuritaires, des élaborations extrêmes de replis et de conforts individuels, de rythmes effrénés, du toujours-plus, du tout-contrôle, la Justice Restaurative insuffle une dynamique contre l'appréhension inconditionnelle de l'autre, et pour le lien à travers nos aspirations communes. Cela nous demande de dépasser nos peurs de l'autre, nos codes différents, nos préjugés, nos frustrations, quitte à réduire la vitesse du peloton de tête pour arriver au même endroit et en même temps.

Dans cet esprit, il me paraît urgent d'inventer de nouvelles formes pour nous rencontrer, pour nous dévoiler, pour nous rapprocher, des espaces « qui font médiation », des médiations de projets innovants en incluant tous les acteurs politiques, c'est-à-dire ceux de notre cité, de la « polis » en grec. Tel pourrait être le fil conducteur pour contrebalancer notre société qui favorise les huis clos dans de petites cabanes entre gens de même pensée.

Nous avons donc essayé de voir large, nous avons apprécié les horizons, et cela n'était pas toujours facile. Un détenu, qui sortait pour la première fois depuis presque 4 années, nous a confié : « Je n'ai plus l'habitude de voir loin, ça me fait bizarre aux yeux. Mais c'est tellement bon ».

Notre balance de médiateur a cherché son fragile équilibre : tenir notre idéal (la rencontre d'égal à égal, la place pour chacun, l'accompagnement vers l'autonomie - chacun ayant une mission différente chaque jour) et faire avec la culture en vigueur : les formats autorisés par l'Administration Pénitentiaire, les rythmes des uns et des autres, les statuts et rôles des professionnels de justice qui y travaillent dans de rudes conditions. Ne pas imposer notre culture, de peur de verrouiller les portes entrebâillées. Créer la forme où chacun a l'élan de contribuer à la vie de groupe sans hiérarchie.

Le film, au titre provisoire, Chemin intérieur, chemin extérieur, se construit, mûrit au fil des rencontres et des expériences, avec l'équipe de réalisation. Tous les acteurs de la Justice prennent part petit à petit à cette marche, à notre dé-marche : le Président du Tribunal et un substitut du Procureur ont partagé notre enthousiasme en venant marcher avec nous la troisième journée. Nous avons fait « corps ensemble », nous avons mis nos doutes, nos rêves et notre fragilité à rude épreuve.

Au cours de notre prochaine rencontre avec Robert Badinter qui soutient notre projet, et qui a toujours encouragé les formes d'ouvertures possibles de la prison, nous nous nourrirons de sa sagesse et de son expérience.

Parce que la transmission est fondamentale dans notre histoire de communauté. Parce que la dernière révolution de la Justice a été d'abolir notre droit à donner la mort, et que la prochaine culture, à inventer, est déjà en chemin.

Fabrice Gand, Médiateur, adhérent de l'ANM

 



L'ANM sur Twitter

Prochaines formations

LA MEDIATION ADMINISTRATIVE / à distance - Reportée début septembre 20
Du vendredi 3 juillet 2020
Au samedi 4 juillet 2020

LA CLINIQUE DE L'INTERCULTUREL / à distance /REPORTE
Le samedi 4 juillet 2020

GERER LES PERSONNALITES DIFFICILES / à distance
Le mardi 7 juillet 2020

LA MEDIATION ENVIRONNEMENTALE / à distance
Du vendredi 10 juillet 2020
Au samedi 11 juillet 2020

L'ART DU DIALOGUE EN MEDIATION
Le samedi 11 juillet 2020

ANM Conso

Si vous êtes un consommateur et avez un problème avec un professionnel, cliquez ici.

Si vous êtes un professionnel à la recherche d'une entité de médiation de la consommation, cliquez ici.

15 juin 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°55

Consultez notre dernière lettre d'information en cliquant ici.

13 juin 2020

Actualités de nos adhérents

Nos adhérents vous proposent leurs ouvrages sur la médiation :

E-book Avocat et médiation
Un e-book co-écrit avec Anne Marion de CAYEUX et Catherine EMMANUEL Retrouvez le en cliquant ici


La comédiation - Mode d'emploi
Ouvrage publié en 2020 aux éditions ]

22 mai 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°54

Consultez notre dernière lettre d'information en cliquant ici.

23 avril 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°53

Consultez notre dernière lettre d'information en cliquant ici.

22 avril 2020

Médiation pénale et justice restaurative

Regards croisés de deux procureurs généraux, Jacques DALLEST et Olivier JORNOT :

30 mars 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°52

Logo Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.
Pont

Chers adhérents et amis, 

Nous avons le plaisir de vous inviter à lire la []

2 mars 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°51

Logo Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.
Pont

Chers adhérents et amis, 

Nous avons le []

24 février 2020

Projection du film "Je ne te voyais pas"

Projection du film "Je ne te voyais pas", un long métrage documentaire autour de la justice restaurative, le jeudi 19 mars 2020 à 17h30.

L'Institut des Sciences de la Famille en partenariat avec l'Association National des Médiateurs et la Faculté de Droit Julie-Victoire Daubié vous propose []

13 février 2020

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°50

Logo Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.
Pont

Chers adhérents et amis, 

Nous avons le []

11 décembre 2019

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°49

Consultez notre dernière lettre d'information en cliquant ici.