Grand Débat 2019 | ANM - Association nationale des médiateurs

Paris 6e (75)

Publié le 18 février 2019

Daniele AGUANNO-PROMONET
18 février 2019
Débat organisé à la demande de la Mairie du 6e

Vos observations et ressentis sur la tenue du débat

Débat animé en co-médiation avec Dominique CHEVAILLIER-BOISSEAU.

Environ 200 à 250 personnes pour ce deuxième débat organisé par la mairie du 6ème arrondissement. Nous avions préalablement préparé la soirée avec l'équipe dédiée de la Mairie.

Outre la présence des deux médiateurs pour l'animation, la Mairie du 6ème avait prévu la présence d'un « garant » pour veiller au bon déroulement des débats (contrôle du temps de parole et éviter les débordements ou propos non conformes aux règles du GDN).

La particularité de ce 2e GDN à la mairie était de laisser le public choisir les thèmes à débattre, pouvant inclure ceux du GDN et d'autres sujets nationaux.

Nous avons donc procédé dans un premier temps au recueil des thèmes proposés, puis après regroupement et établissement d'une liste (en lien avec le garant), le débat a démarré. Il s'est déroulé dans un climat très participatif avec des interventions très diverses et riches.

L'animation à deux est certainement une plus-value, notamment avec un large public. La nécessité de bien fixer le cadre, les règles de parole et de veiller à donner la parole le plus équitablement possible.

Comment avez-vous rédigé votre synthèse ?

Nous n'avions pas à effectuer le compte-rendu qui était assuré par les services de la Mairie du 6ème arrondissement à partir de l'enregistrement effectué.

Quels enseignements en tirez-vous ?

Une participation citoyenne très positive, avec la volonté d'apporter des contributions argumentées. Une expérience collective, au départ pas très évidente, mais réellement riche et positive.

Quels conseils donneriez à vos confères animateurs de débats ?

L'animation à deux est recommandée pour améliorer la fluidité du déroulement, en particulier avec un large public.

La nécessité de bien fixer le cadre, les règles d'intervention et de veiller à donner la parole le plus équitablement possible.

Villepinte (93)

Publié le 15 février 2019

Jean Christophe DOUSSET
15 février 2019
Débat organisé à la demande de la Mairie de Villepinte

Vos observations et ressentis sur la tenue du débat

Environ 30 personnes présentes. Très bon esprit, les participants sont très respectueux du cadre établi. 3 tables sont constituées. Chacune s'est choisie un modérateur et un rapporteur. 30 minutes sont laissées sur chaque thème pour le débat autour de chaque table, puis chaque table communique sa synthèse à la salle. Puis la parole est donnée à toutes les personnes qui veulent s'exprimer individuellement.

La réunion se déroule en présence de Madame le Maire (qui ne prend pas la parole, en dehors des formalités d'accueil et de conclusion) et de la Ministre des Affaires Européennes Nathalie Loiseau. Cette dernière ne prend la parole qu'en fin de réunion, pour une synthèse générale et pour répondre aux quelques questions qui lui sont posées.

En résumé, ce débat s'est déroulé de façon très fluide et tous ceux qui ont voulu s'exprimer ont pu le faire, avec une bonne qualité d'écoute générale.

Comment avez-vous rédigé votre synthèse ?

Nous (Natacha Waksman et moi) n'avons pas eu la responsabilité de la synthèse. Celle-ci a été préparée par un agent administratif de la Ville, et validée par une personne de la salle qui s'est portée volontaire suite à l'appel lancé par les médiateurs.

Quels enseignements en tirez-vous ?

Comme en médiation, le dialogue et l'écoute dans le respect d'un cadre semblent permettre à tous de cheminer…

Quels conseils donneriez à vos confères animateurs de débats ?

Bien évidemment une préparation solide avec les initiateurs du débat est indispensable.

Paris 6e (75)

Publié le 13 février 2019

Claude BOMPOINT-LASKY
13 février 2019
Débat organisé à la demande de la Mairie du 6e

Vos observations et ressentis sur la tenue du débat

Mission effectuée en binôme avec Romain CARAYOL.

Préparée avec les assistantes du Maire et du Député, ainsi qu'un adjoint et un agent municipaux.

Validation d'un "cahier des charges" sur la base de la lettre d'orientation de MEDIATION 21, fixant le rôle des organisateurs et des animateurs :

  • Vidéo et écran écartés pour concentrer l'attention sur la parole, remplacés par un paperboard sur lequel seront inscrits les thèmes pour éviter des digressions.
  • Enregistrement sonore de la réunion et prise de notes des organisateurs (direction des services généraux et agent municipal).
  • Les animateurs se chargent de garantir une expression de la parole libre, sécurisée, compréhensible par tous (reformulation/validation), ils n'interviennent pas sur le fond du débat.
  • Utilisation d'un minuteur lumineux et sonore (3 mn x 3 fois par thème) 4 porteurs de micros en lien direct permanent avec l'un des animateurs distribuant la parole.
  • Disposition des sièges en amphithéâtre - salle pleine 200 personnes - tirage au sort des thèmes par des participants, explication du cadre et des" bonnes pratiques" (tour de parole assuré, pas d'interruption, respect des opinions, éviter les doublons..) Référence à la Charte du Grand débat.
  • Implication du public dans le processus sous forme de constats mais surtout de propositions.
  • Brève introduction du Maire précisant qu'il s'agit de thèmes nationaux, les sujets locaux devant être abordés lors d'une autre réunion le 18 février, et du Député sur le suivi des contributions.
  • Plus de 100 interventions, pas de temps mort, pas de dérapages, pas de "catharsis", propositions de qualité sortant des poncifs médiatisés.
  • Présentation de chaque thème par les animateurs, ouverture du débat par des questions des fiches synthétiques – 600 à disposition du public et une urne pour retour avec les réponses –
  • 45 minutes d'interventions sur chacun des thèmes – réunion de 18h30 à 22h30 – clôture de chaque thème par les animateurs et transition.
  • Clôture de la réunion par le Maire et le Député.

Avant même la fin de la réunion, félicitations du public pour la liberté de parole garantie par les animateurs, et remerciements des organisateurs.

Comment avez-vous rédigé votre synthèse ?

Lors de la réunion préparatoire le 11 février à la Mairie du 6ème, il a été convenu que cette mission incombait aux organisateurs.

En plus de l'enregistrement sonore permettant une restitution fidèle, il a été prévu que des notes seraient prises durant la réunion par la représentante de la Direction des Services généraux de la Mairie de Paris et par un agent de la Mairie du 6e.

Nous avions suggéré que le public désigne une ou deux personnes qui seraient associées à cette restitution.

Nous avons pu constater que toutes les interventions les plus marquantes étaient rigoureusement notées.

La première question posée par le public, comme prévu, a porté sur ce point : « Qui fera le compte rendu ? » « Que deviendra t il ? » « Quelle suite sera donnée à ces participations citoyennes ? ». Réponses apportées par le Maire et le Député.

Quels enseignements en tirez-vous ?

Cette expérience d'animation/modération relevait effectivement du avoir-faire du médiateur notamment des techniques appliquées pour garantir à chacun un libre accès à la parole de sorte que les participants soient mis en confiance quant à leur propre tour de parole et au respect de leurs interventions.

Relevait aussi du rôle du médiateur le fait de poser un cadre simple, de le faire valider par les participants et d'en assurer le respect tout au long de ces 4 heures.

Relevait également du rôle du médiateur le fait de garder sa posture de Tiers indépendant et impartial tout au long de la réunion.

La Mission du Grand Débat National nous a sollicité pour la Conférence Régionale de l'Île-de-France.

Quels conseils donneriez à vos confères animateurs de débats ?

Chacun applique selon sa personnalité les méthodes de communication du médiateur dans le respect des fondamentaux de la médiation.

Auriol (13)

Publié le 13 février 2019

Catherine FIRMIAN
13 février 2019
Débat organisé à la demande de la Mairie d'Auriol

Vos observations et ressentis sur la tenue du débat

Débat en présence d'un cinquantaine de personnes, organisé en tables rondes favorisant l'échange et l'audace de la prise de parole.

Nous avions assez bien posé le cadre et organisé par table un "rapporteur" qui retranscrivait les propos tenus.

Chaque participant a donné son accord sur la retranscription de ses propos qui furent, sommes toutes, constructifs et volontaires.

Quels enseignements en tirez-vous ?

L'enseignement premier étant d'avoir vécu un débat avec une volonté réelle et partagée de faire avancer la République dans le sens de la fraternité, d'une France plus décloisonnée, moins Jacobine et plus sociale…

Notre sujet était celui de la citoyenneté, un second débat prévu par les mêmes organisateurs sera organisé, sous la même forme le 4 mars avec le thème « Transition énergétique »

Quels conseils donneriez à vos confères animateurs de débats ?

Nous étions deux et je pense que c'est une vraie plus-value… dès lors que le cadre est clairement expliqué à tous les protagonistes (organisateurs inclus) la grande majorité des tensions est désamorcée et je ne retiendrai que du positif de cette expérience.

Oullins (69)

Publié le 12 février 2019

Bernard JACQUAND
12 février 2019
Débat organisé à la demande de la commune

Vos observations et ressentis sur la tenue du débat

Contexte

La médiation de projet (notamment auprès de collectivités locales) est mon cœur de métier.

J'ai été sollicité par la commune, pour laquelle j'ai animé à plusieurs reprises des débats publics.

D'autres communes, avec lesquelles je collabore depuis longtemps (projets d'aménagement du territoire, sécurité, rythmes scolaires, etc.) m'ont également sollicité. D'autres ont eu mon nom par les précédentes. D'autres encore ont envoyé un observateur aux réunions Grand débat que j'anime, et m'ont sollicité après. La plupart connaissent mon tarif habituel (forfait calage/ animation/ avec ou sans synthèse), les autres me demandent un devis.

NB : lecture préalable par mes soins de nombreux articles ("Le Monde", entre autres sources), sur des réunions à travers la France, d'où rejet des tables en sous-groupes, du système post-it : les participants ne se retrouvent souvent pas dans ces schémas. Ils veulent « débattre », et non « travailler ».

Réunion de calage avec la mairie (maire, DGS, dircab, circom...)

  • Cadrage précis des enjeux (débat national, et non local).
  • Médiateur neutre, centré sur la qualité de l'expression, des échanges, du respect d'autrui, de l'honnêteté intellectuelle (en cas d'affirmation ou d'interprétation par trop simpliste ou trompeuse).
  • Commune en retrait : pas de prise de parole hormis l'accueil. Information identique donnée à l'opposition, au député, à charge pour ceux-là d'en tenir compte.
  • Selon contexte local : présence discrète de la police municipale à l'extérieur.

Grosse préparation personnelle documentaire sur chacun des thèmes. Je me suis fait un support pwpt, non projeté pour éviter l'aspect "sachant". L'ayant signalé, plusieurs participants du public me l'ont demandé.

Également lecture préalable du registre mis à disposition en mairie.

Animation
  • Mot d'accueil par le Maire (2 minutes).
  • Présentation par l'animateur du Débat National (3 minutes) : charte, thèmes, modalités de synthèse).
  • Présentation par l'animateur de la règle du jeu (3 minutes) : « Nous sommes ici pour débattre entre nous, entre citoyens, de sujets nationaux, et non pour débattre entre habitants et élus locaux, de sujet locaux. Ceux-ci nous intéressent dans la seule mesure où ils sont exemplaires de situations observables ailleurs en France ». Esprit souhaité (respect, écoute, critique constructive, responsabilité des propos tenus), modalités de prise de parole en levant la main (prénom ou nom, sans autre précision), intervention courte pour favoriser le maximum d'intervenants, écoute et respect des capacités à s'exprimer.
  • Lancement de chaque thème par un très court résumé de l'objet (de quoi parle-t-on ?) et de l'enjeu (contribution attendue). Une heure par thème (20 minutes constat, 40 minutes propositions).
  • Tout en animant, l'animateur note les éléments de constat sur un paper-board, les propositions sur un autre (le temps d'écrire permet de réguler, de calmer le jeu, de manifester la prise en compte de la parole). NB : j'ai été une fois très aidé à la prise de notes par un confrère médiateur, dont je salue le concours silencieux et rassurant.
  • Débat enregistré par mes soins, annoncé aux participants (pour aide à la synthèse).

Comment avez-vous rédigé votre synthèse ?

Trois jours plus tard. Format libre, sans exploitation de la grille suggérée par la plateforme.

À partir des notes prises au fur et à mesure au paper-board, et ré-écooute de l'enregistrement, en cas de doute ou de recherche d'un verbatim particulier. Convergences/divergences. Eléments de détail/remarques de fond.

La synthèse est envoyée par la commune aux participants qui ont laissé leur adresse mail à cet effet. Si elles ont des remarques (compléments, rectificatifs…) sur cette synthèse, on ne revient pas dessus (ce serait sans fin !), mais les personnes concernées portent directement leurs observations sur le site de la plateforme Grand Débat.

Quels enseignements en tirez-vous ?

Conditions de réussite (sans garantie de succès : toute réunion est un cas particulier, selon de multiples paramètres : présence ou non de gilets jaunes, comportements de ceux-là, âge moyen du public, posture et comportement des élus locaux, notamment de l'opposition…) :

  • Une grande part de la réunion se joue dans l'ambiance instaurée par l'animateur dès les premières minutes : convivialité (vivre ensemble un temps fort, dans l'écoute, et pourquoi pas : le plaisir de participer, d'échanger, d'apprendre des autres…), chaleur humaine, responsabilité.
  • Le reste tient à la la maîtrise du débat public : « comprimer » les forts (grandes gueules), soutenir les faibles (difficultés d'expression), ramener les égarés (digressions genre « ma belle-soeur… »), gérer l'affect, oser l'humour bienveillant, faire reformuler en se mettant soi-même dans la posture de l'idiot utile (« J'ai compris cela, c'est bien ce que vous voulez dire ? », ou bien « Pardonnez-moi, je ne comprends pas ce que vous voulez dire. Peut-être ne suis-je pas le seul : aidez-moi. »), et une dernière part tient à la gestion du direct, de l'instant : être prêt à tout ce qui peut survenir, que l'on parviendra à maîtriser, ou non.

Quels conseils donneriez à vos confères animateurs de débats ?

Voir plus haut.

Et ceci : avoir intimement conscience que l'on est là pour aider, que l'on n'est pas omni-potent, et donc le dire au public : « La réussite de la soirée tient à nous tous, à ce que nous en ferons ensemble. Je compte sur vous, comme vous pouvez – je l'espère – compter sur moi ».

Lyon 4e (69)

Publié le 8 février 2019

Gaëlle WALKER
8 février 2019

Vos observations et ressentis sur la tenue du débat

« Un vrai débat » :

  • Les personnes un peu méfiantes au début, ont semblées rassurées par le cadre très clairement établi : les engagements de l'animateur, et les règles de déroulement du débat.Une synthèse était rédigée simultanément par un médiateur, pendant que deux autres passaient le micro dans la salle, en reformulant et synthétisant.Elle était validée au fur-et-à-mesure.Le thème était la démocratie, et nous avions proposé de découper le temps en 4 sous thèmes repris dans les questions posées sur le site. Cela a convenu à l'ensemble.
  • Je comptais proposer de poser des questions par post it mais cela n'a pas convenu aux participants, qui voulaient être libre de parler quand ils le voudraient.

Comment avez-vous rédigé votre synthèse ?

Directement simultanément, et sans revenir dessus ensuite. Validée à la fin du débat et publiée telle quelle.

Quels enseignements en tirez-vous ?

Que le cadre posé permet de faciliter les échanges et sécuriser les personnes : notre posture donne vraiment du sens au débat citoyen.

Quels conseils donneriez à vos confères animateurs de débats ?

D'être à l'écoute de ce qui se passe dans la salle, et reformuler si il le faut les réactions, les désaccords , permettre de répondre si nécessaire, et rester cadrant sur le temps de parole.

Surtout faire respecter l'égalité de place des personnes : ne pas donner une place plus importante à qui que ce soit.



L'ANM sur Twitter

Prochaines formations

ANM Conso

Si vous êtes un consommateur et avez un problème avec un professionnel, cliquez ici.

Si vous êtes un professionnel à la recherche d'une entité de médiation de la consommation, cliquez ici.

11 novembre 2019

Semaine internationale de la justice restaurative : Soirée-Débat sur la Justice Restaurative, le 22 novembre 2019 au DEFAP à Paris

Dans le cadre de la semaine internationale de la Justce restaurative, découvrez la Soirée-Débat en cliquant ici 

1er novembre 2019

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°47

Consultez notre dernière lettre d'information en cliquant ici.

18 octobre 2019

Livre Blanc de la médiation par le collectif Médiation 21

Le Livre Blanc a été remis à la Garde des Sceaux

Il présente un socle commun de propositions portées par le Collectif Médiation 21.

Vous pouvez le consulter en cliquant ici.

17 octobre 2019

La Lettre n°10

Le nouveau numéro de la Newsletter de l'ANM est en ligne.

Consultez toutes les Lettres

9 octobre 2019

Lettre d'information bimensuelle de l'ANM n°46

Consultez notre dernière lettre d'information en cliquant ici.

7 octobre 2019

Le Congrès International de la Médiations à Angers en 2020

Le site internet Médiations2020, du Congrès International de la Médiations, est en ligne.

Vous pouvez aussi suivre l'actualité sur le compte Twitter et LinkedIn.

Vous pouvez consulter le programme prévisionnel

Vous pouvez aussi faire une proposition de contribution, jusqu'au 30 octobre en utilisant le ]

6 octobre 2019

La médiation avance en Provence !

Félicitation à notre adhérente, Cécille Lapierre, pour ses actions de promotion de la médiation.  

Vous pouver retrouver une conférence-débat dans laquelle elle interviendrai en qualité de modératrice sur le thème de la "séparation et des violences psychologiques, comment organiser la parentalité ?" ainsi q'un article  démontrant son []

18 septembre 2019

Médiation pénale et justice restaurative

À Genève, le 28 novembre 2019, table ronde avec deux procureurs généraux, organisée en partenariat avec l'ANM.

17 septembre 2019

ASM Alsace Médiation fête ses 10 ans !

Pour ses 10 ans, l'ASM Alsace Médiation, association adhérente de l'ANM, organise plusieurs événements dans le cadre de la semaine de la médiation.

Retrouvez le programme en cliquant ici.